Tout ce qu’il faut savoir sur l’histoire du Val-de-Grâce

Le Val-de-Grâce est un ensemble architectural qui impose sa présence dans le Vème arrondissement parisien. Connaissez-vous son histoire et pourquoi ce site est-il étroitement lié à la Reine Anne d’Autriche et à ses problèmes conjugaux avec le roi Louis XIII ? Quelle est donc cette « affaire » du Val-de-Grace qui a fait tant de bruit au XVIIème siècle ? Je vous ici dévoile tous les secrets de ce lieu en 4 points.

C’est quoi le Val-de-Grâce ?

Le Val-de-Grâce est une ancienne abbaye fondée par la Reine Anne d’Autriche. Abandonnée à la Révolution Française, et partiellement désaffectée, elle devient un hôpital militaire à partir de 1796. En 1979, l’hôpital est transféré dans un nouvel établissement (celui-ci ferme ses portes en 2016). Les locaux abritent aujourd’hui le Musée du Service de Santé des Armées, la bibliothèque du Service de Santé des Armées ainsi qu’une école.

Entrée du Val-de-Grâce © La Tête en l’Air

Le Val-de-Grâce, la Reine Anne et le Roi Louis XIII

La Reine de France, Anne d’Autriche, et le Roi Louis XIII peinent à offrir un héritier au royaume.
Depuis leur mariage en 1615, les époux ne s’entendent pas, ce n’est un secret pour personne à l’époque. La nuit de noce fut une catastrophe, et le Roi le vivant comme une humiliation, ne visita plus la Reine les 4 années suivantes !

La Reine est délaissée, une fausse couche en 1622 n’arrange rien. Ce climat stressant ainsi que les intrigues orchestrées par le frère du Roi poussent la Reine à se retirer dans des communautés des religieuses. Constamment épiée et politiquement fragilisée pour sa prétendue stérilité, elle fonde l’abbaye du Val-de-Grâce dès 1621 pour s’y installer régulièrement. Elle promet à Dieu, s’il veut bien lui envoyer un fils, d’ériger un temple magnifique.

Louis XIV naît en 1638, soit 23 ans après le mariage royal ! Anne d’Autriche tiendra sa promesse et l’église abbatiale est construite à partir de 1645.

Cour du cloître du Val-de-Grâce © La Tête en l’Air

L’église Notre-Dame du Val-de-Grâce

Construite à partir de 1645, l’abbaye n’est terminée que 20 ans plus tard. C’est une église classique (à l’extérieur) mais clairement baroque (à l’intérieur). On remarque tout de suite le baldaquin au centre, inspiré de celui de la basilique Saint-Pierre de Rome.

Pour remercier le ciel de lui avoir donné un fils, la Reine Anne d’Autriche fait de cette église un immense ex-voto. Le fronton du porche est écrit en latin : « à Jésus naissant et à sa mère la Vierge ».

Dans la chapelle Sainte-Anne, surnommée « Chapelle des Cœurs », sont conservés de nombreux cœurs de membres de la famille royale. Malheureusement, à la Révolution Française, bon nombre de ces symboles de la royauté sont effacés et la chapelle des cœurs est profanée.

L’intérieur rococo de l’église Notre-Dame du Val-de-Grâce © La Tête en l’Air

L’affaire du Val-de-Grâce 

De toutes les déconvenues qu’a connu la Reine Anne d’Autriche, « l’affaire du Val-de-Grâce » a été surement la plus tonitruante.

La Reine subissant nombres de critiques en raison de sa prétendue infertilité, aime se recueillir au Val-de-Grâce, au calme et en compagnie des sœurs bénédictines qu’elle apprécie. Mais les murs tremblent lorsqu’un scandale d’état éclate en 1637 : Anne d’Autriche, cachée derrière les murs du Val-de-Grâce, entretiendrait une relation épistolaire avec des membres de sa famille dans son pays d’origine, l’Espagne.

Il faut dire que cette correspondance est extrêmement malvenue, puisque la France et l’Espagne sont en guerre depuis 2 ans ! On cherche les preuves de ces échanges mais devant le manque d’indices, la Reine échappe finalement de peu à la répudiation.

On peut encore visiter dans l’enceinte du Val-de-Grâce le pavillon d’Anne d’Autriche, et en particulier ce petit salon, encore marqué des initiales de la Reine.

Salon d’Anne d’Autriche © La Tête en l’Air

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :