Tout ce que vous devez savoir sur l’histoire du Pont Neuf

Plus de 400 ans après sa construction, le Pont Neuf demeure un bâtiment à part dans le paysage de la capitale. Traversant la Seine de part en part, via la pointe de l’île de la Cité, sur 238 mètres, le plus vieux pont de Paris est incroyablement moderne lors de sa construction. Découvrez pourquoi !

Construit entre 1578 et 1607, le Pont Neuf présente à son inauguration des nouveautés majeures

👉🏼 l’utilisation de la pierre plutôt que le bois : les ponts médiévaux, jusque-là construits en bois, étaient régulièrement victimes des flammes. Le Pont Neuf, dans un esprit de pérennité, est construit en pierres pour lutter contre ces incessants incendies ;

Dessin de pont en bois doté d’habitations © Theodor Josef Hoffbauer

👉🏼 l’absence de maisons, aussi responsables des incendies : les ponts médiévaux étaient tous dotés d’habitations. Le Pont-Neuf en sera totalement dépourvu, à l’exception de caves et de boutiques dans les balcons du pont, offrant une vue imprenable sur la cité. On raconte que Henri IV, qui l’inaugure, voulait que son bon peuple puisse contempler le palais du Roi, le Louvre ;

👉🏼 la présence de trottoirs pour protéger les passants de la boue et des carrosses, concept jusque-là inconnu : ainsi, les promeneurs peuvent flâner et admirer une nouvelle fois le palais du Louvre et songer à leur bon roi – une belle manière pour Henri IV de légitimer son image auprès du peuple, très écornée par les guerres de religion.

© La Tête en l’Air

A quoi peuvent bien servir les 381 mascarons du Pont Neuf ?

Ces masques, œuvres de Germain Tillon, considéré comme un des plus grands sculpteurs de la Renaissance, représentent des têtes de divinités de la mythologie antique. Ces visages aux expressions grotesques et fantastiques sont des satyres, des sylvains (divinités des forêts) et des divinités fluviales.

L’emplacement de ces mascarons ne tient pas du hasard. Ils sont placés en dessous des parapets qui soutiennent les corniches du bâtiment. Lors de la construction du pont, il est de tradition de placer ces figures dans des emplacements où des forces s’exercent. Avec ces regards forts, on espère pouvoir repousser le « mauvais œil » et les esprits malins.
Les mascarons du Pont Neuf ont depuis longtemps été remplacés par des copies. On peut encore trouver quelques originaux au Musée Carnavalet ou au Musée de la Renaissance d’Ecouen.

entre les quais du Louvre et de Conti, Paris 1er et 6ème
Métro Pont Neuf

© La Tête en l’Air

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :