A la découverte de la Basilique Saint-Denis : les 4 tombes royales les plus emblématiques

Véritable « cimetière des Rois », la basilique Saint-Denis passionne autant par son histoire millénaire, et par son architecture gothique flamboyante que par les innombrables gisants et tombeaux royaux à observer. Tour d’horizon des tombeaux les plus emblématiques de l’édifice religieux.

Pour (re)lire le genèse de l’histoire de la Basilique Saint-Denis, c’est par ici !
Pour (re)découvrir mon article sur la Basilique Saint-Denis, le « cimetière » des Rois de France, c’est par là !

Le tombeau de Dagobert

Il est considéré comme le fondateur de l’abbaye puisque le roi Dagobert est le premier souverain à y être enterré en 639. La première sépulture étant détruite au IXème siècle par les Normands, les moines lui rendent hommage au XIIIème siècle en construisant un imposant tombeau coloré à son emplacement d’origine, dans le sanctuaire.
Son gisant, couché sur le flanc gauche, regarde vers l’emplacement de la sépulture primitive de Saint-Denis. Nanchilde, représentée à gauche du gisant (quand son fils Clovis II est à droite), sera enseveli aux côtés de son mari, 3 ans plus tard.

© La Tête en l’Air

Le tombeau de Louis XII et d’Anne de Bretagne

Sculpté en marbre de Carrare par des Italiens, ce tombeau représente le couple royal en « transi » et figé dans la mort. Sur la plateforme supérieure, les souverains agenouillés prient pour la vie à venir. Ils sont entourés des 12 apôtres et des 4 vertus cardinales, Prudence, Force, Justice et Tempérance. Les bas-reliefs du soubassement représentent plusieurs épisodes victorieux des guerres d’Italie.

© La Tête en l’Air

Le tombeau de François Ier et de Claude de France

Edifié 10 ans après le mort du souverain, il avait pour but d’assurer la mémoire posthume du roi chef des armées, en célébrant tous les détails de la bataille de Marignan. Le couple royal, enseveli avec 3 de leurs enfants, est représenté à taille réelle (François Ier mesurait 1.98m, un géant pour l’époque !) à l’intérieur tandis qu’ils sont agenouillés sur la plateforme supérieure, symbolisant le caractère familial du mausolée.
On y retrouve aussi l’emblème du monarque, la Salamandre, symbole de courage et d’éternité. Les décors à cartouche représentent l’Architecture, la Géométrie, la Sculpture, et la Peinture, rappelant que François Ier était un roi mécène et protecteur des arts.

© Wikimédia Foundation

Le tombeau d’Henri II et de Catherine de Médicis

Henri II, mourant prématurément en place des Tournelles (actuelle place des Vosges), c’est la reine Catherine qui commande cette imposante sépulture, réalisée par des artistes italiens et français. Une fois l’ensemble terminé, la reine refusa le « transi » qu’on lui avait sculpté, le trouvant trop macabre et décharné. On lui en fit un second, qui présente la reine dans un délicat sommeil, en toute sérénité. Le premier transi est à découvrir en salle 214, dans l’aile Richelieu du musée du Louvre.
Les deux gisants, présents dans la chapelle au-dessus, ont les yeux grands ouverts et sont sculptés en tenues de sacre.

Basilique Saint-Denis
1, rue de la Légion d’Honneur, 93200 Saint-Denis
Métro Basilique de Saint-Denis

Plus d’explications 

© La Tête en l’Air

1 commentaire

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :